My SongsWebzineJukeboxLabel Infos
30 Sep
all
Nicolas Jaar - Sirens LP

Après Space Is The Only Noise , après Nymphs , après l’expérience Pomegranates , le détour par Darkside , le side project IVA Gocheva (que nous vous avions présenté ICI), Nicolas Jaar sort ce 30 septembre son second album après l’avoir dévoilé en streaming sur le canal 333 de son mystérieux site « The Network»..
Porté par son label Other People, cet album est celui d’une maturité que l’américano-chilien revendique avec insistance. Lui qui a commencé la musique pour se faire plaisir, comme un loisir, qui l’a continuée comme DJ, considérait qu’il était temps d’ajouter une vraie dimension artistique à ses disques, par des textes intenses et un vrai effort dans le contexte. Sirens est un voyage hors du temps, ou plutôt à travers le temps. Les références à l’histoire du Chili, des Etats-Unis ou simplement au vécu de Nicolas Jaar y sont nombreuses et constituent le véritable fil rouge de cet album.

L’introduction est particulièrement réussie. D’où vient le son, celui de ce drapeau qui flotte ? On frissonne, le piano chante. Puis, une voix aérienne se met à flotter de façon inquiétante au-dessus des battements percussifs et d’un piano faussement désinvolte. Mélancolie mais aussi douceur se mêlent à ce « Just Killing Time », et à ses textures si caractéristiques de l’artiste. Le morceau s’enchaîne avec le rapide « The Governor », sorte de post-punk haletant, loin d’être la partie la plus réussie de l’album. La faute à un manque de variété, d’inspiration parfois. Comme sur « Leaves », et ses faux airs de rock indé façon The Kills, on est moins convaincu, malgré une atmosphère toujours aussi pesante et présente.
Comme un symbole de cette dualité qui entoure l’album, l’exceptionnel « No », pièce maîtresse de Sirens, s’enchaîne alors. Au milieu d’enregistrements audio de Nicolas Jaar enfant, échangeant avec son père, le titre dégage une grande émotion. Minimaliste, teinté de rythmes latins et chanté en Espagnol, il est sans doute le meilleur titre de cet opus.
« Three Sides Of Nazareth » reprends l’esprit plus rock de « The Governor », mais reste paradoxalement la piste la plus proche des anciennes compositions de Jaar. Enfin, « History Lesson » conclue les 47 minutes de l’album sur une ballade plus pop, volontairement engagée. Et qui rappelle que ce n’est pas pour rien si la pochette de Sirens a été réalisée par Alfredo Jaar, lui qui, un jour de l’année 1987, illumina Times Square d’un grand « This Is Not America ».

C’est donc une œuvre toute en dualité que nous propose le producteur, baignant dans un sentiment mitigé entre paix intérieure et colère, en témoigne la transition entre « Leaves » et « No ». Musicalement, l’album est plus pop, mais n’en demeure pas moins expérimental et réussi. L’introduction, certaines transitions, et simplement certains sons nous transportent bien au-delà de ce à quoi l’on peut s’attendre, et c’est là toute la force de Sirens. Au cœur d’une métropole ou loin sur l’océan, nul ne sait où l’artiste nous attend.

Nicolas Jaar - No
Nicolas Jaar - History Lesson
28 Sep
pop
Agar Agar - Cardan EP

Cuidado, peligro, eclipse. Attention, danger, éclipse.
Agar Agar, après avoir dévoilé le tube Prettiest Virgin en avril dernier, sort son premier EPCardanle 28 septembre chez les merveilleux gars de Cracki records (L’Impératrice, Isaac Delusion, Los Porcos, …) et c’est tout simplement brillant.

Clara (chant) et Armand (machines) se sont rencontrés aux Beaux-Arts de Cergy et forment aujourd'hui ce qui sera demain un incontournable de la pop (la bonne pop) française. Nous en étions déjà convaincu lorsque nous les avions invités au Grand Coeff festival cet été.
Auteurs d’un live impeccable où la voix sensuelle et hypnotique de Clara fusionnait à merveille avec les séquenceurs et les synthétiseurs de Armand, nous n’étions pas déçus.
C’est donc avec un enthousiasme total que nous découvrons et partageons avec vous les versions studio des 5 morceaux de Cardan.

L’EP s’ouvre avec "I Am That Guy", une ballade électro-pop progressive. Tous comprendront vite à quoi s’attendre. Un riff entêtant, une boîte à rythme efficace, des synthétiseurs analogiques et une voix envoûtante, fascinante.

Suit "Prettiest Virgin", véritable tube en puissance basé sur cette structure séquenceurs/synthétiseurs/boîte à rythme/voix savamment orchestrée qui semble être la marque de fabrique du duo. « Come on dance with me, come on dance with me » chante Clara.

"Cuidado, Peligro, Eclipse", le troisième morceau, relève carrément de l’acid-disco. Avec une rythmique quasi techno, un séquenceur ultra efficace et des synthés lunaires, Clara nous annonce, en espagnol, toujours avec brio, l’arrivée d’une éclipse. Mise en abyme ?

130 battements par minute cognent sur "Symbiose", le quatrième titre de Cardan . Rythmique effrénée pour un morceau bipolaire où s’alternent des moments d’apaisement rythmés par les lignes aériennes du synthétiseur de Armand et les cris de Clara sur ce satané séquenceur. La symbiose est, en effet, trouvée.

Enfin, ou plutôt, déjà, l’EP se clôture sur "Aquarium". Les trois premières minutes sont aquatiques et apaisantes. « Breathing in a bathtub with a tuba, eating scrambled eggs on the sofa» clame Clara. Tout est beau et paisible, la folie mélodieuse et lyrique du duo fait mouche. Et puis tout s’emballe, elle crie, il s’éclate en analogique, le morceau part en vrilles sous-marines et termine cet EP en apothéose.
Vous l’aurez compris, l'EP Cardan est une réussite absolue.

Commander en vinyleet digital.

Agar Agar - Im That Guy
Agar Agar ~ Prettiest Virgin
Agar Agar - Aquarium
27 Sep
house
Sorceress - Teacups (Chaos In The CBD Paradise Mix)

Le duo londonien Chaos in the CBDré-interprète « Teacups » du groupe néo zélandais Sorceress (extrait de l’album Dose sorti en 2014). Avec un penchant naturel affiché pour un son jazzy et soul, le duo injecte clairement sa touche au titre. Le résultat est séduisant : une mélodie persuasive et sobre, garnie d’échantillons vocaux réconfortants et de scatterings de saxophone.

Immersion totale.

Sorceress - Teacups (Chaos In The CBD Paradise Mix)
26 Sep
playlist
DELICIEUSE PLAYLIST N°226
Françoise Hardy - Sentimentale
Toots & The Maytals - Louie Louie
Voilaaa - On te l'avait dit (ft. Pat Kalla)
The Meters - Liver Splash
Finley Quaye - Even After All
John Holt - For The Love Of You
Waffles 04 - Ça Va
Locussolus - Next To You
22 Sep
house
Ponzu Island - Super Koto

Très peu d’informations circulent sur le mystérieux projet baptisé « Ponzu Island ». Tout ce que l’on sait c’est qu’il a été créé par le compositeur Bard Elisheysky AKA Mr Ponzu et qu’il nous vient tout droit d’Australie.

Au travers de son EP « Ponzu Beach », l’artiste nous emmène sur son île psychédélique Ponzu. Le maxi, sorti le 29 mars 2016 sur le label espagnol «  Apersonal Music », est composé de six titres : quatre originaux et deux remixes signés Andras Fox et Trujillo. Ce régal sonore cultive différents genres musicaux : disco, house, synth-pop... Bref, une douce infusion électronique !


Le titre « Super Koto » attire par ses sonorités de jeu vidéo des années 1990. Les progressions musicales simples ont le mérite d’éviter tout côté kitsch et surfait, offrant au contraire un bon côté jazzy à cet électronique ambiant.

Ponzu Island - Super Koto
Ponzu Island - Ponzu Beach